Télécharge les 6 vidéos pour te lancer et exploser dans l entrepreneuriat!

Looking for something?

In Video

WEBMARKETING : CREER DES PRODUITS QUI MARCHENT

WEBMARKETING : CREER DES PRODUITS QUI MARCHENT

Salut les amis, j’espère que vous allez bien ! On se retrouve aujourd’hui avec Albain, un jeune de 20 ans en quête d’aider les autres jeunes. Pendant ce coaching live rentrez dans SON univers pour répondre à VOS problématiques.

Dans cette vidéo on se retrouve en live, où mon invité à le droit de me poser 3 questions sur son business. Le but pour moi est d’y répondre en apportant le maximum valeur à Albain, mais surtout vous aider et vous inspirer.

  • Comment lancer un premier produit avec une petite/moyenne base de données ?
  • Est-ce qu’il vaut mieux essayer de répondre à une audience généralisée ou une audience bien spécifique ?
  • Comment développer son autorité à ses prospects ?

Ces questions ne vous sont surement pas inconnue. N’est-ce pas ? Nous avons tous les mêmes problèmes, les mêmes questions, les mêmes doutes, il suffit juste d’y mettre des mots. Alors écoutez, regardez ou lisez, mais surtout apprenez !

Ce concept de coaching live est une idée que j’apprécie de faire avec vous. La qualité de vidéo n’est peut-être pas optimale, mais le live permet d’avoir une qualité de réponse bien supérieur à un texte préparé. De plus cela nous permet de se rapprocher, pour continuer de partager et rêver ensemble.

C’est donc ces problématiques que je vais développer. Si tu veux connaitre les réponses et avoir plein d’autre astuces, tu peux me rejoindre ici :

Voici la transcription de la vidéo:

Hello les amis, bienvenue dans cette nouvelle vidéo. Aujourd’hui on est dans Bettercallenzo, Appelez-moi pour avoir des conseils et des analyses stratégiques. On est avec Albain. Albain qui est un jeune vous allez le voir, un jeune entrepreneur du web qui lance des programmes en ligne et qui là, a envie de lancer un nouveau programme sur une nouvelle cible et qui se pose des questions : Comment faire un produit qui fonctionne bien ? Comment mieux vous convertir ? Comment mieux vendre son produit ? Et comment utiliser les meilleurs moyens de communication actuels pour développer son nouveau produit ? Alors ce sont les 3 problématiques que l’on va traiter dans cette vidéo. N’hésite pas à t’abonner là juste ici, juste en dessous pour recevoir toutes les vidéos sur l’entreprenariat, sur le web marketing et tous ces coaching live que je vais réaliser avec tous ces entrepreneurs. Et je laisse du coup directement la place à ce coaching live. Merci beaucoup les amis. Pensez à laisser un like. Commentez cette vidéo. Je vous dis à très vite. Tchao tchao !

 

Hello les amis, bienvenue dans cette nouvelle vidéo Bettercallenzo coaching live. On est aujourd’hui avec Albain.

 

  • Salut Albain !

 

  • Yes salut Enzo !

 

  • Et donc les amis, si vous n’avez pas encore suivi cette nouvelle série de vidéo, c’est que grosso modo je vous ai posé la question, je vous ai demandé si vous voulez du coaching live et de me poser 3 questions. Tu as le droit à 3 questions et je réponds en live. Là pour le coup, on est vraiment, vraiment en live. Je viens de prendre les questions d’Albain il y a deux minutes. Et donc du coup, bah on va y aller. On va balancer tout ça. Albain, je te laisse rapidement te présenter, qu’est-ce que tu fais, pourquoi tu es la aujourd’hui et puis après, on enchaine toutes les questions.

 

  • Bah, Enzo, moi je suis ce que tu fais depuis le début, depuis le début de la chaine YouTube. Donc voilà, je suis un petit peu tes aventures, ton évolution. Et en parallèle je me retrouve beaucoup dans ton parcours puisque donc je suis un jeune autodidacte, j’ai arrêté les études à 19 ans. J’ai aussi lancé ma chaine YouTube pour coacher et accompagner des jeunes. Alors toi, tu proposes dans le domaine de l’entrepreneuriat. Moi, ça va plus être dans le domaine du mindset, de la psychologie, et du bonheur tout simplement. Aujourd’hui, j’ai plusieurs projets en parallèle. Mais aujourd’hui j’aimerai qu’on discute du projet que j’ai lancé récemment qui s’appelle Adomania et en fait qui est à destination des parents, d’adolescents. Alors, j’avais déjà lancé le concept la dernière pour les enfants, c’est-à-dire pour les parents des enfants donc j’organise des ateliers, des coachings et des formations.

 

Et là, j’ai lancé le concept pour les adolescents il y a quelques semaines. J’ai déjà une petite base d’inscrit, mais j’aimerai bien avoir ton avis, ton point de vue pour en fait, lancer une première formation, un premier produit numérique avec cette base de clients et être sûr en fait que ça corresponde déjà au besoin, comment présenter les choses et ne pas faire non plus trop vendeur parce que les parents aujourd’hui, voilà il y en a qui ont certaines croyances et surtout au début quand on propose du contenu gratuit. Tu n’as pas envie forcément de trop pousser les gens pour garder un petit peu cette bonne relation.

 

  • OK très bien, rapidement Albain pour que les gens voient ce qu’on est capable de faire quand on est jeune. Tu as quel âge aujourd’hui ? Ça fait combien de temps que tu fais ça et ce que tu as envie aujourd’hui ?

 

  • Aujourd’hui j’ai 20 ans, depuis quelques mois j’ai 20ans. J’ai arrêté mes études à 19 ans donc ça fait un an et quelques et je suis autodidacte. Donc ce projet, il n’a même pas…donc le projet Petit pouce, il n’a même pas …il a 10 mois aujourd’hui donc j’en vis. A côté de ça, j’ai la chaine YouTube qui n’est que du bonus. Aujourd’hui, on est à un peu plus de 1 100, un truc comme ça. Et Adomania aujourd’hui, il a 150 inscrits en espace de quelques semaines. Donc voilà aujourd’hui, j’en vis, je ne roule pas sur l’or, mais je peux en vivre donc c’est ça qui compte.

 

  • Carrément ! Et félicitations, d’ailleurs c’est un beau…une belle source d’inspiration je pense pour beaucoup de jeunes qui regardent. Et voilà, c’est de faire les choses bien et c’est cool, tu vois. C’est avec grand plaisir que je vais te donner un peu ce que j’en pense. On ne sait pas vraiment trop ce qui va sortir de ce call, mais en tout cas, on va donner les choses et on va y aller dans le flot. En tout cas les amis, si vous voulez suivre tous ces coachings live et ne rater aucune des vidéos, n’hésitez-pas, abonnez-vous juste en dessous et puis on y va. Ta première question du coup Albain ? Quelle est-elle ?

 

  • Ma première question, donc c’était comment lancer son premier produit numérique avec une base d’inscrit, plutôt petite ou moyenne et comment faire en sorte d’être…

 

  • Ah on t’a perdu un petit peu ou je t’ai perdu un petit peu. OK, je t’ai perdu un petit peu. Ok c’est bon ? C’est revenu ?

 

  • Ouais

 

  • OK c’est revenu.

 

  • Ouais alors, donc ma première question, c’est en gros comment lancer son premier produit numérique, son premier produit d’information pour en faire en sorte que sa base apprécie ça et être sûr qu’il y a un besoin derrière et ne pas faire non plus trop vendeur ?

 

  • OK, il y a plusieurs questions dans la question, mais grosso modo on va essayer de décortiquer ça un peu. Grosso modo, je répète pour qu’on soit bien d’accord. Comment lancer grosso modo son premier produit quand on a une petite audience. On va déjà commencer par là. Une première chose moi qui me vient en tête, qui m’est venu tout de suite là c’est tu as déjà une petite communauté. Ok même s’il n’y a que 150 personnes, il y a déjà 150 personnes. Avec ces gens-là tu as une relation de proximité, tu as des échanges. J’imagine que tu fais des e-mails etc. Donc déjà, le premier truc qui me vient directement dans le process, c’est ce que tu as déjà fait, c’est le sondage. Si toi aujourd’hui qui nous regardes, tu ne l’as pas encore mis en place, bien évidemment tu le mets en place, tu leur poses des questions et tu essayes de comprendre un peu mieux leur besoin. Toi, tu as déjà fait ça.

 

Du coup, on passe au next step, on passe vraiment à la co-création, se positionner sur de la co-création avec eux, sur le produit c’est-à-dire pourquoi pas créer le produit sur la base de webinaire. Ça a déjà été fait, on passe au next step notamment de créer un produit sur la base de webinaire et en fait le webinaire finalement devient le produit c’est-à-dire la rediffusion etc., tu vends le direct et derrière tu vends la rediffusion. Et tu fais plusieurs FAQ sur les différentes thématiques à chaque fois plus ou moins contrôlées c’est-à-dire que tu as déjà tes questions et tu traites les questions en live. L’objectif finalement d’un produit quel qu’il soit c’est d’apporter de la valeur et de répondre à un besoin. Effectivement, ce n’est pas courant de finalement acheter un produit qui est un webinaire question-réponse crée avec les gens, mais en même temps ça répondrai a beaucoup de nos critères parce qu’on serait sur de la co-création. Il y a le billet d’engagement, le billet de cohérence qui est utilisé parce que les gens sont tellement impliqués dans le truc. C’est leur bébé. Ils sont obligés de l’acheter. Ils ne peuvent pas chier dessus. Ils sont en cohérence avec leur premier truc qui étaient de rentrer dans la dynamique et donc qui vont au bout et finalement tu traites l’intégralité des objections en live, tu traites l’intégralité des questions. Tu vas en profondeur. Tu fais le webinaire avec la personne qui t’assiste, avec le jeune adolescent. Et tu es directement boum boum ! Le mec il a une question, tu réponds donc l’apport de la valeur, la proximité, elle est au top. Ça je pense que ça peut-être une première base, une première idée qui peut être intéressante. Création d’un produit directement avec eux, co-création ça c’est évident, à voir comment l’articuler. Une stratégie potentielle d’articulation, ça peut être le webinaire.

Autre point, ce que tu peux faire aussi, un évènement live. Ton premier produit ça peut être un replay d’un évènement live que tu crées à Paris.

 

  • D’accord. OK

 

  • Potentiellement, tu invites tes meilleurs clients, tes clients-types. Tu sélectionnes 20 personnes. Tu les fous dans une salle. Tu cloues le truc. Tu as un petit investissement, mais le premier produit ça serait le jus de ça. C’est à peu près pareil avec le webinaire finalement. Certainement qui vas dégager beaucoup plus d’autorité parce qu’on sera sur un produit qui a été fait en live etc. Donc, ça fait c’est un peu plus step-up avec potentiellement un petit atelier, un truc comme ça, enfin je ne sais pas comment on peut le tourner mais ça, ça peut être également aussi un premier produit qui cartonne tout de suite parce que il y a les gens qui ont participé, qui potentiellement vont l’envoyer plus facilement, le bouche à oreille et l’autorité un peu plus grosse de, on a fait un évènement live et on te vend le contenu qui est à l’intérieur. Ça ce sont des trucs qui me viennent rapidement comme ça.

 

  • Pour comprendre par exemple la stratégie du webinaire qui me parle bien, c’est comment tu fais ? C’est-à-dire que tu vas vendre d’abord la suite de webinaire aux gens et ensuite ceux qui ont payé, tu vas construire avec eux le produit ou tu proposes ça a tout et…

 

  • Ceux qui construisent avec toi par exemple, tu fais vraiment un prix ras des pâquerettes quoi.

 

  • D’accord. OK

 

  • Pré-lancement, tu vends ça sous forme de…tu vends ça sous pré-lancement
  • Ah, Ok !

 

  • 6 webinaires, 6 ateliers live pour traiter tel, tel, tel problématique avec tel, tel, tel chapitre par rapport aux adolescents. Et puis, derrière la rediffusion, tu la vends un peu plus cher.

 

  • Ok donc, quand le produit est prêt, ensuite derrière tu le mets en automatique sur ta liste et tu montes les prix, c’est ça ?

 

  • Par exemple.

 

  • D’accord. Ok

 

  • Ça peut-être un choc. Après dans tous les cas, les grandes valeurs qu’on connait, qu’on peut revoir. Ce ne sont pas perdus. Créer un produit qui cartonne, s’assurer des besoins des gens, faire du sondage, faire du…aller directement au plus proche de ta cible. Moi, j’ajouterai même en vidéo de promo parce qu’effectivement tout ce que tu peux faire aussi avant, c’est-à-dire que grosso modo quand tu fais ton lunch, il faut qu’avant les gens ils aient l’impression que cette solution, c’est quasiment la seule sur le marché, qu’elle est exclusive, qu’elle est génialissime. Donc déjà parler de ton produit en amont. Moi je ferais parler de la construction du produit. Par exemple moi là, quand j’ai lancé Millionnaire mindset, j’ai fait un vlog dans lequel j’explique comment j’ai créé millionaire mindset. Ça, je pense que c’est intéressant. Sur ta niche, je ne suis pas persuadé que ça apporte une énorme valeur ajoutée, mais en tout cas, ça peut apporter une valeur ajoutée dans les interactions que tu vas avoir avec ton adolescent etc. Je pense qu’il peut avoir quand même quelque chose. Les impliquer dans le processus de création en tout cas, ça c’est évident.

Faire un micro-trottoir, moi je ferai un micro trottoir parce qu’un micro-trottoir, ça se diffuse bien. Ça marche bien. Et là tu vas aller poser des questions dans la rue sur les adolescents. Je veux dire que tu peux avoir des réponses potentiellement qui peuvent faire super catchy sur des vidéos Facebook quoi. Le truc, c’est que d’un coup, il devient super viral. Moi je ferai ça. Et notamment on va en parler après par rapport à tes deux autres questions-là. Mais typiquement toi, sur ta niche, il faut que tu ailles me chercher tous les témoignages Super Nanny des gamins exécrables, des témoignages d’adolescents qui ont peté des plombs. Tu mets ça en début de vidéos pendant 30 secondes super catchy et derrière du coup, tu n’as même plus besoin pitcher le problème. Le problème, ils vont tellement l’avoir dans la tête, ça aura tellement été énorme que oui Albain, ok ! On t’écoute et…

 

  • L’adolescent, ils l’ont tous les jours en fait à la maison avec les crises, la rébellion etc. Donc, c’est une niche en fait où il y a tellement un problème qui est urgent, qui est important. Il y a très peu de personnes qui sont dans ce marché là pour l’instant. Donc après, c’est plus une question de savoir comment mettre en avant l’autorité et après tout ce qui est story telling etc. qui a travaillé, mais le micro-trottoir comme tu le dis c’est vraiment une bonne idée.

 

  • Et l’autorité, déjà l’autorité de base, et moi c’est une phrase que je pense qu’il faudrait vraiment que tu bam ! que tu assoies c’est : « qui peut vous dire ce qui cache dans la tête d’un jeune autre qu’un jeune ?»

 

  • Ouais, mais c’est clair.

 

  • Ça déjà, c’est tellement fluide et logique qu’il ne peut pas avoir de négation par rapport à ça. Et en plus, c’est un jeune qui s’intéresse vachement à la psychologie, et puis, dans tous les cas je ne suis pas un savant. On sort de …et là c’est là où il faut parler à mon avis de process, d’étude, de comment toi, tu as construit ton raisonnement, ton travail avec un jeune qui est toujours au stade adolescent. Toi qui es sorti, enfin à 20 ans on n’est pas forcément encore sorti de l’adolescence. Il y en a qui n’en sortent pas vraiment. Mais l’idée en tout cas, c’est peut-être toute cette construction et ce fucking intérêt pour la psychologie tout au long du voyage. Et du coup…

 

  • Derrière la tête.

 

  • Certainement, et puis, ce qui est pour moi est imbattable comme argument : qui mieux qu’un jeune peut te raconter ce qui se passe de … dans la tête d’un jeune. Cela je pense que…

 

  • Je te reprends la phrase. Je vole cette phrase.

 

  • Avec plaisir. C’est imbattable. Ça c’est vraiment l’argument qui est imbattable je pense. Et puis ouais, et puis dans tous les cas l’autorité, il y a moins besoin d’autorité selon moi, quand le problème est urgent et super grave et qu’il y a un énorme mal psychologique. Il y a des tonnes de gens qui sont prêts à prendre n’importe quelle solution de n’importe quel truc ou de n’importe quel guru parce qu’ils pensent qu’ils ont besoin d’une solution miracle. Ça va être le cas je pense de tes parents là. Donc finalement tu as besoin d’instaurer une autorité. Elle va se développer aussi naturellement, mais je pense que tu as vraiment besoin de pitcher le problème et la solution. Je pense après c’est peut-être uniquement mon point de vue.

 

  • Non, je suis d’accord avec toi. Une petite question que j’ai si les travaux vont bien s’arrêter. C’est en gros j’aimerais bien savoir quand tu lances ton premier produit ? Est-ce que, c’est mieux de cibler des problèmes qui sont généraux ou de cibler vraiment un problème ? Pour te reprendre un problème concret avec mon activité, il y a beaucoup des parents qui ont des problèmes avec les écrans, c’est l’addiction aux écrans etc., les jeux vidéo. Et ça, c’est quelque chose qui me parle puisque quand j’étais adolescent, j’étais un gros fana de Call of duty, de jeux vidéo. J’étais vraiment addict à ça, donc je peux faire un retour d’expérience, proposer des solutions, mais je ne sais pas si c’est mieux de faire ça comme premier produit ou bien si c’est mieux de cibler un truc plus général du genre bien vivre avec son ado ou gérer les crises au quotidien etc. quoi.

 

  • C’est une question qui est intéressante et qu’on se pose dans tous les cas 10 000 fois quand on fait nos… quand on fait du business en général parce que même quand tu fais du business physique, tu te demandes est-ce qu’il faut que tu fasses de la niche ou du généraliste. Aujourd’hui, on a des petites autorités, on des petites niches. Déjà c’est eux qui vont décider. Premièrement, c’est le marché qui choisit. Donc, j’ai envie de te dire est-ce que sur toutes les Marketplace qui proposent des produits de ce truc, de ce type-là, est-ce que tous les gens qui proposent des solutions de ce type-là, est-ce que eux travaillent plus sur des produits généraux ou plus des produits de niche ? Déjà ça, c’est le premier indicateur. Deuxième indicateur, les gens à travers le sondage, à travers ton micro trottoir, à travers les questions potentiellement que tu vas lancer.

 

Moi, je lancerai déjà ton produit. Le premier step : FAQ, FAQ public. Ok, j’ai envie de parler de telle thématique. Et tu construis ton produit finalement à travers ce première FAQ. Et tu commences à faire ce pré-lancement à travers, finalement, c’est la première FAQ. Donc moi, je prendrai ce step là pour structurer ça. Et pour moi ce qui me parait super évident dans tous les cas, mais c’est toujours le marché qui décide, je le rappelle, on est petit, on démarre, on niche. On niche en plus toi, tu es un exemple qui va être perso supplémentaire. Tu vas pouvoir ajouter une couche d’autorité, tu vas pouvoir parler. J’en suis <0:14:58>. Ça va être super fluent. Je ferai de la niche. Je ferai de la niche, une niche suffisamment grande quand même. L’addiction aux jeux vidéo et aux écrans, c’est bon, il y en a assez. Je pense que tout le monde, je veux dire je ne connais pas de mec entre 20 et 30 aujourd’hui qui n’ont pas ce problème-là et encore pire la génération d’en dessous.

Donc, no problem ! Je pense que la niche est suffisamment grande pour pouvoir targeter ça.

D’accord.

Et comme tout structure de produit, c’est petit produit, petit produit, petit produit, gros pack ou gros produit derrière, traiter plein de petits sujets, gratter ton autorité par rapport à ça, et après tu gagnes une autorité plus généraliste. Moi je le ferai dans le sens-la.

 

  • Et par rapport à ça, justement donc tu le ferais dans cet ordre-là, c’est-à-dire, tu commencerais déjà par créer des petits guides par exemple, des petits produits de formation qui touchent différentes niches et ensuite au bout peut-être de quelques mois quand tu auras une plus grosse liste, tu sortiras un gros produit c’est ça ?

 

  • Je sortirai un produit plus généraliste avec plusieurs thématiques, plusieurs piliers par exemple ouais.

 

  • D’accord. OK qui serait vendu plus cher du coup.

 

  • Bien évidemment, plus de valeur, donc plus de valeur perçue, plus de valeur réelle, donc plus de prix.

 

  • OK

 

  • Effectivement, ouais, je targeterai. Je targetterai. Si tu commences par exemple par l’addiction aux jeux vidéo, derrière deuxième cible, mon adolescent est plus souvent à l’extérieur de la maison qu’à l’intérieur de la maison, je n’en sais rien, le langage de mon adolescent, tu vois enfin différents trucs et puis au final bien vivre avec son adolescent ça serait vraiment ton programme phare, ton programme assez gros, tes piliers quoi. Ça peut être uniquement le fait de faire un pas ou ça peut être quelque chose de plus structuré. Ce sera un autre problème que tu auras. Ouais, je le ferai dans ce sens-là, mais il y a des gens qui le font dans l’autre sens. Ils sortent un énorme gros produit qui se positionne tout de suite en expert. C’est une question de feeling. C’est une question aussi de logique par rapport à ton âge, par rapport à ce qu’on fait. Aujourd’hui, je pense que, c’est plus logique dans notre ascension de le faire sous ce format-là, petit produit et l’autorité monte et on prendra un produit derrière.

 

  • Ouais, c’est vrai. Après, les trucs avec les petits produits, je l’ai testé avec Petit pouce, c’est que des guides à 9 euros, il faut en vendre pour faire du…dégager un…

 

  • Effectivement, mais alors déjà dans tous les cas, je vais… Albain dans son email m’a dit : « Je souhaiterai d’ici un mois proposer un produit d’appel entre 7 et 15 euros, mais je ne sais pas encore quoi exactement et être sûr que cela fonctionne. » Là, le problème que tu as, je pense et je pars dans une totale hyperbowl, tu m’arrêtes si je dis des conneries. 7 – 15 balles pourquoi ? Parce qu’on te dit les trois-quarts du temps : « Quand tu démarres, essaie de transformer tout de suite tes prospects en clients. Avec un petit produit, fais-les chauffer progressivement. » Ce sont des parents, ils ont des revenus. Ils gagnent de l’argent. C’est un problème critique, qui est grave, qui pourrit leur vie. Tu es gentil avec tes 7 balles quoi, mais arrête de jouer à la marelle. Franchement minimum, c’est…je veux dire la différence, la nuance entre 7 balles, 15 balles, 30 balles, il n’y en pas. Il ne va pas avoir plus l’impression de se faire fourrer ou pas. Attends, le mec s’ils ont deux salaires à 1 500 euros, parce que des gens qui s’intéressent à regarder sur Internet l’éducation de leur gamin, je pense qu’ils ont déjà un certain niveau de réflexion et donc j’estime qu’on ne va pas être non plus dans les salaires les plus bas de France. Je me trompe peut-être, mais dans tous les cas au pire, entre 15 balles et 30 balles, waouh ! Yop man ! C’est pour trouver une solution à un problème qui est grave, qui est urgent, qui pourrit la vie. Donc, je ne ferai pas un programme à 200 balles tout de suite, mais je poserai un cadre quand même.

 

  • D’accord OK. Ouais, c’est après, c’est plus au niveau des croyances, moi pour moi, vendre un guide il y a 20, 30, peut-être 30, 40 pages le vendre à plus de 9 euros, tu vois. Il y a un passage psychologique qui me dit, ouais, c’est juste un e-book, c’est juste un guide. Voilà, c’est chaud de le vendre à…

 

  • Là, ce sont tes croyances Albain. Là ce sont tes croyances, là tu es dans…applique ta PNL à toi-même si c’est super dur. Là, c’est prends-toi un coach en business et en fait non, parce que tu sais très bien. Et tu le sais, tu l’as étudié, tu le mets en pratique dans beaucoup de choses que tu fais. Ce n’est jamais la quantité qui va supprimer et qui va supplanter la qualité. C’est la valeur qui est perçue par le client plus que la quantité de page qu’il y a dedans qui va définir ton pricing.

 

  • C’est clair.

 

  • Et c’est la qualité de la solution que tu vas apporter par rapport à l’urgence, la gravité du problème. Tu as des mecs qui te vendent des trucs à 3 000 balles, ils t’ont touché deux fois le front et tu es soigné, tu vois. Donc cette valeur perçue, c’est le client qui la…c’est vraiment le client qui la définit. Je ne pense pas qu’il faut t’arrêter à ça. Je pense qu’il y a une certaine cohérence à avoir, tu vois, mais déjà oublie le e-book. Oublie l’e-book, fais de la vidéo tout de suite. Tout de suite. Tu sais faire ça. Tu en fais tous les jours donc la valeur perçue elle est plus forte, directe. C’est donc…il y moins de problème. Et potentiellement même si tu mets le contenu du e-book en vidéo et que tu mets les deux ensemble, il y a une stratégie qui marche très bien, c’est met ton e-book à 17 euros, et puis ok, les vidéos qui suivent le e-book, vous rajoutez 15 euros pour les avoir. Et tout de suite ton produit, il fait 32 euros alors que peut-être tout seul, tu l’aurais vendu que 27. Je n’en sais rien, tu vois, mais…

 

  • Un système de pack, un système de…

 

  • C’est ça, mais un système en obscelle, tu vois ce que je veux dire ?
  • Ouais, bien sûr.

 

  • Pas visible sur la première page de vente. Enfin ce n’est même pas en obscelle, c’est en…pas en order dump, justement sur la page de commande. C’est la page d’après donc si 0:20:32

 

  • Ouais <0:20:36>

 

  • C’est ça, moi, je le ferai sur la page juste après du coup qu’ils aient acheté le e-book. Ils ont validé, ils ont mis leur moyen de paiement. Ils ont payé et juste derrière, tu leur envoie le truc, spécialement pour toi si tu veux de la vidéo en plus c’est ça ou tu vas directement pack vidéo plus e-book et ton produit. C’est ça. C’est vraiment à toi de voir, mais moi, je mettrai plus de valeurs perçues ouais, plus de valeurs perçues.

 

  • Ce genre de problème même pour un produit d’appel, tu as raison il faut que je monte un petit peu sachant que c’est un problème qui est urgent, qui est important je peux facilement monter à 17euros, 27 voire 30 ouais.

 

  • Franchement, même…après ce n’est toujours pas entre 30 et 47euros. Le parent qui en galère avec son gamin, est-ce que tu penses qu’il va être à 17euros près dans un gap entre 30 et 47 ? Une consultation des psys, c’est combien ?

 

  • Au moins 80 euros de l’heure.

 

  • Voilà. Si aujourd’hui, il devrait trouver des réponses à ces problèmes par d’autres moyens que par ta formation, il fait quoi et combien ça lui coûte ? Quelle est la complexité du cheminement dans lequel il rentrerait et quels seraient les douleurs auxquels ils devraient faire face s’ils prenaient un autre chemin ?

 

  • Bah coaching, des formations, c’est récemment ton gamme de prix.

 

  • C’est clair.
  • C’est beaucoup plus cher. Donc tu n’as aucun problème à te positionner avec un produit à 47euros aujourd’hui.

 

  • Ok bon, c’est plutôt clair.

 

  • C’est cool. Du coup, tu avais une autre question qui était: comment augmenter le taux de transformation ?

 

  • Ouais

 

  • Du coup, si on revient sur ce qu’on avait dit juste au-dessus parce que je pense que la construction de ton produit va forcément jouer dans le taux de transformation. Si tu impliques les gens dans la co-creation, déjà naturellement on aura mis en place des billets de cohérence etc. d’engagement de tes prospects, de tes clients pour directement améliorer le taux parce qu’ils ont participé au truc donc naturellement ils vont acheter plus, première des choses.

 

Utiliser tous les leviers que tu as déjà utilisés : le sondage, le micro-trottoir, tout ça naturellement si les gens ont participé à ça, naturellement ils vont être impliqués. Ça pour moi ça parait évident. Après, tout ce qui améliore un petit peu le taux de conversion classique de ce qui se vend dans le e-commerce, tu les connais, tu as étudié la psychologie un petit peu de la vente, donc c’est l’influence. C’est les ressources qu’on va leur donner, les statistiques, les références un peu dans le domaine. Et c’est pour ça que j’utiliserai tous ces trucs qui passent à la télé, qui crachent sur les problèmes d’ados, j’utiliserai beaucoup…je citerai beaucoup de docteurs, de tous ces trucs-là qui peuvent te monter ton autorité docteur machin a fait telle étude, telle étude, donner toutes les sources, des sources qui sont trustable à mort que les gens ne peuvent pas dire : Ah non ! Ça c’est de la bullshit.

Moi, je me repose là-dessus, mon travail repose là-dessus. Bam bam, grosse autorité. Grosse autorité et moi voilà mon parcours story telling avec tous les points, une petite timeline, j’ai fait ci, j’ai fait ça machin. Et par exemple sur le travail, sur l’addiction aux écrans, j’en suis sorti. J’en suis sorti. Et là, tu vois, en mode story telling comme tu sais très bien le faire, je jouais beaucoup etc., addict, perdu la relation avec mes parents, avec mes amis, je me s’en vraiment créer un monde virtuel, je me suis créer une deuxième vie et bam.

Et aujourd’hui, je suis la devant vous pour vous en parler, pour vous aider à lutter sur ce sujet avec vos enfants et de vos proches. Et comme tu l’as vécu, comme tu l’as réalisé, bien évidemment tu es capable d’en parler avec toute la légitimité du monde quand quelqu’un a fait quelque chose, tu as l’expérience. Tu as l’expertise, tu as l’expérience. Donc, il n’y a plus de débat.

C’est clair.

Et je replacerai cette phrase en gros, en gras : Qui est le mieux placé qu’un enfant a problème pour vous parler des enfants un problème ? Donc voilà grosso modo, est-ce que j’ai répondu à ta question ?

 

  • Ouais carrément, là j’ai directe envie de créer mon produit et…

C’est bon ça !

  • Alors, dernière question du coup que tu avais balancé : Quels sont aujourd’hui les nouveaux canaux de traffic avec en deux points la publicité Facebook point d’interrogation ? Alors aujourd’hui, les gros canaux de comm, ce n’est pas une révolution. Je ne suis pas …il n’y a pas d’astronaute pour le coup-la. On ne fait pas de la rocket science. Bien évidemment, réseaux sociaux, sites internet, et tous les canaux un peu à l’ancienne de publicité tradi.

 

  • Justement ouais, par rapport à… excuse-moi de te couper, par rapport aux réseaux sociaux, je vois que tu gères bien etc. Donc le…SEO, tout ce qui est site internet je gère à peu près. Je voulais avoir un petit peu ton retour sur les nouveaux canaux d’acquisition, c’est-à-dire les réseaux sociaux. Là, je testais un petit peu de la pub Facebook juste en mettant…tu sais en faisant la promotion de la page donc j’ai…je dois avoir un like.

 

  • Non, il ne faut pas faire ça. C’est de la merde.
  • D’accord. Ça ne sert à rien en fait. L’idée c’est de gagner les likes sur ta page grâce à tes publicités. Naturellement, tu vas avoir du reach, tu vas avoir des gens qui vont voir tes publicités. Du coup, naturellement tu vas avoir un certain pourcentage qui vont naturellement aimer la page et d’autres que tu vas inviter à aimer la page quand eux, ils vont aimer ton post. C’est quand quelqu’un like un de tes posts, tu peux derrière l’inviter à aimer ta page.

 

  • Non je ne savais pas, non.

 

  • Si en fait, sur un de tes post, tu es l’administrateur sur ta page. Tu es sur ton business manager. Tu es l’administrateur sur ta page. Tu as une publication qui par exemple, a 5 likes. Tu cliques sur 5 likes et en fait à côté du nom des personnes, tu vas avoir « inviter » quand tu es admin et quand tu es en mode page, tu vas avoir « inviter ».

 

  • D’accord

 

  • Et là tu as la possibilité de les inviter sur la page. En moyenne, si tu les invites entre 3 et 5heures, 7heures maximum après leur like, j’en convertis un sur trois. Tu arrives à avoir 30% de gens qui ont aimé ton post, ils likent ta page. Si tu es assez rapide, si vraiment, ils ont aimé le topic etc. Donc ça, il faut l’exploiter.

 

  • Donc mettre un post qui est émotionnel, qui touchent les gens, qui fassent du buzz.

 

  • Qui est super viral. Tu fais des tonnes de like et derrière tu les convertis. Le deuxième levier qui est énorme c’est quoi ? C’est tu gagnes des likes sur ta page en faisant une vidéo qui va en fait …va servir à vendre un produit. C’est-à-dire que tu fais de la pub Facebook sur laquelle tu as un certain ROI. On va minimum espérer d’avoir un ROI de 1. D’accord ! C’est-à-dire que tu dépenses un euro, tu gagnes un euros. Et sur cette base-là, tous tes likes, ils sont gratos. Donc tu fais du growth page gratuit,

 

  • D’accord OK. D’accord.

 

  • En plus d’avoir des emails, en plus d’avoir tout ça, bien sûr.

 

  • Est-ce que tu fais toi, c’est plutôt par exemple poster une vidéo ou un article un petit peu viral ou plutôt mettre par exemple directement une image pour aller sur la landing page ?

 

  • Essaye tout. Tu essayes tout. Il n’y a pas de stratégie. C’est que du speed test. Ça va vraiment dépendre de ta population, comment réagissent les gens. Après, il y a un fait qui est aujourd’hui indéniable, la vidéo coûte moins cher en advertising sur Facebook. La vidéo est beaucoup plus partagée, la vidéo est beaucoup plus likée. Dans tous les cas, pas de débat aujourd’hui, la vidéo c’est quand même le média actuel. Bien évidemment, je te conseillerai de pousser sur de la vidéo. Et là franchement, je ne me ferai vraiment pas chier.

 

  • Moi par exemple…

 

  • Typiquement le micro-trottoir, typiquement les 30 secondes de Super nanny, Super crunchy qui t’accroche et derrière toi qui parle de ton produit, toi qui parle de ta vision, toi qui parle de ton contenu.

 

  • Ok, c’est assez clair, je vais…

 

  • Et donc du coup, acquisition de trafic bien évidemment Facebook, mais aujourd’hui je ne sais pas si tu as commencé à créer une chaine YouTube sur le sujet. Je sais que tu sais la <0:28:17> de YouTube et du SEO.

 

  • Bien sûr, là on se focalise vraiment avec des gros articles, grosse valeur ajoutée. Il y a aussi des partenariats que je suis en train de mettre en place avec des psychologues, d’autres blogueurs etc. donc on a des web conférences de prévu. Donc, je me focalise…je me mets dans la tête d’un parent. Le parent va plus, typiquement peut-être lire des articles, aller s’informer en tapant son problème sur Google. Les parents ne sont pas encore super sur YouTube mais je pense qu’on va y venir plus ou moins rapidement.

 

  • Est-ce que tu es sûr de ça ou est-ce que c’est ta croyance ?

 

  • Je suis plus ou moins sûr du marché que je connais. Je connais plutôt bien le marché et les parents sont peu sur Youtube ou en tout cas, quand ils sont sur Youtube, ils n’ont pas un compte. Ils ne s’abonnent pas, ils ne likent pas. J’ai testé déjà un petit peu sur Petit pouce, sur mon projet avec les enfants et je vois que le SEO en tout cas. Les gros blogueurs de mathématiques sont beaucoup plus sur le SEO et sur les blogs.

 

  • OK fais les deux. Fais les deux. Tu me dis là que tu as des gens avec des psychologues, avec des docteurs. Putain il faut que ça reach. Il faut que ça soit du <0:29:20> ça, tu vois. Il faut que tu le positionnes. Tu l’as dit les gens vont rechercher sur Google. Si tes vidéos sont suffisamment bien placées, tu connais un peu le SEO, tu l’as travaillé. Tu sais qu’il y a des requêtes qui leadent YouTube c’est le deuxième moteur de recherche mondial. Il faut positionner là-dessus. Même si aujourd’hui tes parents ne sont potentiellement pas à fond là-dessus, dans 5 ans, ils le seront plus. La prochaine génération le sera. Donc ouais quand même. Aujourd’hui, moi j’ai quand même tendance à foutre le contenu là-dessus quoi.

 

  • Par exemple, je commence à faire pas mal d’…

 

  • N’oublions pas aussi, n’oublions pas, excuse-moi, je te coupe. On a 5 000 caractères dans une description Youtube.

 

  • Alors, je n’utilise jamais la description Youtube. Il y a un petit peu des débats pour savoir si c’est utile ou pas. Je ne sais pas ce que tu en penses.

 

  • Useful, pour moi c’est utile. Depuis que je carry les descriptions, les titres, les sous-titres, j’ai vu naturellement une augmentation. Le moteur de recherche au premier plan, il ne comprend rien à la vidéo, c’est un ordinateur. Lui ce qu’il va comprendre, c’est l’écrit donc les sous-titres de ta vidéo et ce qu’il y a dans la description. Si ça match, c’est parti.

 

  • Ok, je vais tester ça aussi, je vais tester de…même pour mes vidéos, ma chaine YouTube, je vais…

 

  • Moi, c’est…je prends du temps hein ! Je fais des mini-articles en dessous de mes descriptions.

 

  • D’accord.

 

  • Je te jure. Et c’est au moins 2 000 mots qui parlent de la vidéo.

 

  • Waouh ! OK !

 

  • Mais j’essaie de bien targeter, tu vois. En-dessous tu as toujours une structure : titre de la vidéo, lien vers mon site. Juste en dessous les grandes questions. En fait, la même structure que tu ferais sur un article de blog où tu mettrais les questions avec un H1 en dessous, avec un H2 parce que ce sont questions qui sont posées sur Google. J’utilise à peu près la même structure, la même stratégie sur du YouTube.

 

  • L’évolution alors suite à ça ?

 

  • Aujourd’hui, quand j’avais moins de 1000 abonnés, j’ai une vidéo qui fait 27 000, des choses comme ça. Donc ouais, sur notre thématique, sur ma thématique qui est un peu pas dire compliqué, mais qui n’est pas un truc de grande audience qui est l’entrepreneuriat chez les jeunes, qui est machin, qui est le webmarketing. A part des mecs comme Stanislas qui ont fait une énorme croissance de cochon, mis à part ça, c’est quand même il faut aller chercher des abonnés, il faut travailler, il faut mouliner. Et j’ai réussi aujourd’hui à positionner des vidéos sur des questions comme comment réaliser un premier achat immobilier, premier investissement immobilier je suis deuxième, comment gagner de l’argent sur Internet je dois être dans le top 3. Il y a des choses quand même qui se positionnent sur des requêtes bien précises hein.

 

  • D’accord. OK ça marche.

 

  • Donc ouais, j’ai des bons retours par rapport à ça. C’est du travail, mais j’ai des bons retours par rapport à ça et je le recommande SEO YouTube.

 

  • D’accord. Ok ça marche. Eh bien, ça fait déjà pas mal de choses. Je ne vais pas…

 

  • Génial ! Cool !

 

  • Tu as pas mal de choses à appliquer, merci beaucoup pour tous ces conseils, toutes ces astuces. C’est top.

 

  • Ça m’a fait plaisir. C’est une thématique qui est très particulière. Tu as choisis de faire ce que beaucoup de gens ne font pas. Tu connais le blogging. Ça fait un moment maintenant que tu es là-dedans toi, que tu écris des articles pour des gens, que tu bosses et tout.

 

  • Ouais, j’ai commencé le blogging vers 15ans, donc 15, 16ans donc ça fait pas mal de temps.

 

  • Ça fait quelques années quoi.

 

  • Et après mon business ça fait un an.

 

  • Il y a des thématiques sur lesquelles en SEO si on montrait ta tête tu pourrais faire de l’argent. Tu as choisis de faire des vrais projets qui te touchent, tu contribues. Je vais dire choisir de faire des…c’est comme moi qui m’obstine à parler de mindset de jeune entrepreneur tu vois, ce ne sont pas des sujets qui font gagner beaucoup d’oseille. Ce ne sont pas des…mais ce sont des projets qui te font kiffer quoi. Donc c’est bien.

 

  • Bien sûr, il y a une vision derrière, une envie ouais. C’est clair. C’est top d’ailleurs.

 

  • C’est top parce que je vais dire j’ai gagné 50 ou 100 fois plus d’argent quand j’ai lancé mes projets sur la finance que ce j’ai fait depuis un an et demi là-dessus, tu vois.

 

  • Au début tu es un peu….

 

  • Ouais, au début c’est super frustrant. Au début, c’est super frustrant, mais sur le long terme, tu sais que tu as envie de te créer une image-là à cet endroit-là, de contribuer à cet écosystème des enfants, des adolescents.

 

  • Industrie…

 

  • Exactement donc je pense que sur le long terme on est gagnant. Il faut garder cette vision long terme <0:33:37>. Moi, ça ne m’empêche pas dans tous les cas de développer des projets à pognon parce que c’est le jeu, parce que ça m’excite, parce que quand on a commencé à comprendre comme on l’a compris un levier du webmarketing, bah on sait que ça marche. Donc du coup, on les met à contribution. Et puis, on garde quand même 60, 70% de notre temps quand on y arrive avec tous les projets qui nous font kiffer quoi, tu vois. Donc, c’est une chance qu’on a aussi et voilà c’était vraiment cool en tous cas de pouvoir échanger avec toi. Il y avait le petit stress quand même avant de démarrer ce live, je vous avoue les amis parce que là c’était vraiment live live, pas préparé. Et je ne savais pas…je ne connais pas surtout ce secteur d’activité quoi pour le coup, la parentalité. La parentalité, c’est un truc qui me…je n’ai jamais mis les pieds là-dedans. Donc voilà, alors pas du tout, mais finalement comme vous pouviez le voir, une fois de plus, les leviers qui marchent….Il n’y a pas de révolution hein. Je veux dire on parle de marketing, on parle de stratégie de communication, on parle de content marketing. On va dans le même sens, essaie de comprendre ta cible, de faire un match-up. C’est de l’offre et de la demande. Ça existe depuis des centaines d’années. C’est révolutionné avec tous les moyens de comm qu’on a aujourd’hui et en tous cas, voilà, on voit qu’il y a des billets qui reviennent tout le temps et qui nous permettent de faire que la potion magique prenne quoi. En tout cas, voilà merci beaucoup Albain à toi de t’être prêté à ce jeu, d’avoir parlé de ton business, d’avoir présenté ce que tu fais. Et je voulais dire dans tous les cas les amis si vous voulez suivre un petit peu, et n’hésites pas à venir nous partager les résultats que tu as eu. Savoir si les actions qui ont été intéressantes ou si ça a flopé, on a dit que des conneries pendant une heure.

 

  • Ça roule.
  • Merci beaucoup à toi, à très vite. Salut les amis…tchao.

 

  • Tu veux que je te fasse un

 

Si tu veux connaitre plein d’autre astuces, tu peux me rejoindre ici :

0 Comment 222 Views

Leave a Reply

télécharger le livre