Télécharge les 6 vidéos pour te lancer et exploser dans l entrepreneuriat!

Looking for something?

In Video

50 000€ par MOIS grâce à Amazon FBA avec Yannick Chastin

50 000€ par mois avec AMAZON FBA – Interview de Yannick Chastin

Comment Yannick Chastin gagne 50 000€ par mois grâce à Amazon FBA ? Comment vendre sur internet et développer votre e-commerce grâce à Amazon ? Comment se lancer sur Amazon FBA ?

Pour en savoir plus sur la formation de Yannick Chastin clique ici : https://goo.gl/3xRqIk

Yannick Chastin est un entrepreneur du web depuis plus de 10 ans, il fait du e-commerce depuis le début du développement de ebay en France et il surfe sur la vague Amazon FBA depuis plus de 2 ans.

Dans cette interview d’entrepreneur, il va nous raconter ses débuts dans le e-commerce, comment il a développé son entreprise, son business e-commerce et comment il s’est lancé sur Amazon FBA.

Aujourd’hui Yannick est un gros vendeur sur cette plateforme et il combine la puissance de Facebook et de Amazon pour vendre ces produits de façon explosive et automatique.

Si tu veux te lancer dans Amazon FBA ou dans le e-commerce cette interview, ce retour d’expérience e-commerce va t’apporter énormément de valeur et d’informations utiles pour lancer à ton tour ton business.

Yannick partage beaucoup de conseils pour se lancer dans le ecommerce et notamment sur amazon fba

clique pour en savoir plus sur la formation amazon FBA http://bettercallenzo.com/amazonfba

Clique ici pour voir la vidéo complète : https://youtu.be/3tkHQ26Fv7w


 

Transcription de la vidéo :

50 000€ par mois sur AMAZON FBA avec Yannick Chastin

E : Vous avez la patate bienvenue dans cette nouvelle vidéo, rencontre avec les experts. Je suis aujourd’hui avec mon poteau Yannick. Salut Yannick.

Y : Salut Enzo.

E : Ça va bien ?

Y : Ça va !

E : Bon, eh bien alors Yannick, dis-nous tous présentes-toi à l’auditoire, qui es-tu ? En quelque mot.

Y : Eh bien, moi je suis… je me présente Yannick Chastin, j’ai 33 ans, je fais d’e-Commerce depuis maintenant        13 ou à 13-14 ans. Eh bien, voilà… je suis touche à tout on va dire. C’est voilà, j’ai commencé dans l’e-commerce après je suis partis au Maroc créer une Web Atlanty et je suis tombé par passion dans le SEO, et après, eh bien une fois que ma femme, elle a accouché elle a eu le mal du pays. Je suis rentré et forcément, je me suis remis à mes amours premiers qui étaient l’e-commerce. Et j’ai découvert Amazon, AMAZON FBA en particulier et c’est vrai que cela a un peu changé ma vie, on va dire, voilà (Rires).

E : Comme d’habitude, vous pouvez télécharger les 6 secrets pour réussir l’entreprenariat jeune. Alors, vous cliquez ici-là ou au dessus de la tête de Yannick, hop, juste-là. Dans la description c’est sûr on vous a mis les liens. C’est un programme complet de mindset pour booster vos projets cette année. D’accord, et comment du coup tu as démarré cette expérience entrepreneuriale ?

Y : Eh bien, comment je l’ai démarré. Pour tout avouer c’était… eh bien, parce que je n’avais pas le choix en début c’est… au début je montais sur Paris et j’ai fait une école de cinéma et forcément il fallait payer le loyer, il fallait payer toutes les charges etc. Et donc, eh bien, j’ai commencé par acheter du stock à Aubervilliers pour le vendre au début ou tous les débuts sur IBE etc.

Et dans cette école de cinéma j’ai rencontré un chinois avec qui, eh bien, je voulais devenir millionnaire forcément, voilà. Donc, je voulais devenir le nouveau Eric Bombard. Donc, j’ai faire faire des pulls en cachemire pour CODAL et les rebonds de là… c’est un gros en France puisqu’à l’époque il n’y avait pas encore ZARA tout cela qui faisait des pulls en mode locost et tout.

E : D’accord.

Y : Et du coup, eh bien, cela a cartonné. Cela a cartonné et c’est aussi là où je me suis pris mon premier revers, on va dire.

E : D’accord.

Y : Où je me suis fait arnaqué-là, quoi.

E : Commencer, parce qu’au départ tu voulais devenir millionnaire, tu voulais de l’argent ?

Y : C’est cela, eh bien déjà là-bas c’était pour manger mais après c’est surtout une fois que je suis tombé dans la machine de l’e-commerce et la machine du webmarketing, eh bien, j’en suis jamais sortit parce que finalement j’ai fait des études de cinéma et finalement eh bien, je fais toujours du webmarketing quoi. Voilà tu vois.

E : (Rires) Alors avec, le recul aujourd’hui si tu devais définir une espèce de processus réussite, genre si tu devais recommencer ton expérience entrepreneurial cela serait quoi les 3-4 étapes que mettrais en place pour réussir un nouveau projet ?

Y : Eh bien, moi déjà si je devais recommencer à zéro déjà, je referai autrement je pense. Voilà, déjà à la base, je parle du principe et je le fais maintenant continuellement que la formation c’est super important et voilà. Si je suis jeune ou si j’avais 22 ans, eh bien, je me formerai. J’achèterais des formations et surtout je passerai à l’action parce que c’est vrai quand tu as 22 ans, tu penses surtout à faire la fête, surtout à faire plein, plein de choses. Je prendrai conscience, eh bien, que déjà l’anglais c’est important parce qu’il faut le reconnaître. Déjà, pour communiquer avec les chinois c’est plus pratique mais pour avoir des formations de qualité, eh bien, c’est des formations généralement américaines etc. Donc voilà, l’anglais est important et après se former, se former et surtout passer à l’action. Donc, la première partie honnêtement c’est la formation, la deuxième eh bien, voilà c’est la stratégie courts à court termes mais aussi long termes il faut toujours se dire : eh bien, qu’est-ce que je dois faire maintenant mais qu’est-ce que je vais faire aussi dans 6 mois et dans un an. Et dans un an il faut essayer d’avoir un focus immédiat mais aussi sur du long terme. Après tu passes à l’action, c’est quand même le plus important. Tu rends compte c’est…

E : Ok.

Y : … voilà, les gens. Les gens, moi je vois énormément de gens qui se forment et au final ils ne passent pas à l’action et les ¾ du temps, ils disent : oui cette formation, elle n’est pas terrible machin et tout cela. Mais quand tu leurs dis : mais est-ce que tu es passé à l’action ? Eh bien, ils disent : non. Et voilà, des fois il suffit juste de cela pour réussir quoi.

E : De déclencher le truc quoi. Ok, donc, 3 étapes pour récapitule pour tous ceux qui suivent les amis. Première étape tu te formes, deuxième étapes tu définis une stratégie court termes stratégie long termes, troisième étapes on y va, on casse tout.

Y : C’est cela. Maintenant tout simplement, après il fallait … il ne faut pas forcément du budget, dans tout le business il ne faut pas du budget et c’est vraiment se focaliser sur un truc. Tu vois, moi je vois souvent qui… qui n’achètent pas ma formation, Amazon FBA, mais qui vont acheter une formation dropshiping une formation de ceci, de comment créer son blog une formation de cela. Comment créer une page facebook et tout. Mais au final, il faut un peu tout, tu vois [00 :05 :00] un peu partout mais au final, ils ne font rien.

E : Cela je connais cela (Rires). Selon toi, quelles sont les traits de compétences, les traits de caractères peut-être ce que tu avais ou que tu as dû développer ou tout simplement que tu as du apprendre pour réussir dans l’entreprenariat pour entreprendre correctement.

Y : Eh bien, il faut avoir une grosse discipline. C’est vrai que moi, c’est vrai que je suis un peu… Eh bien, je me révoque beaucoup en toi, un peu fou, fou à vouloir tous manger, tous croquer et tous. Mais il faut vraiment garder se concentrer clairement sur une chose et le faire à fond. Le faire à fond avant de passer à autre choses. C’est vraiment la grosse qualité que j’ai essayé de travailler parce que quand on est un peu foufou c’est vrai qu’il faut essayer vraiment de se focaliser. Oui c’est dur, mais après tu te rends compte qu’une fois tu fais bien…

E : Ça marche.

Y : Ça serait bien c’est que tu peux le procès tu le dupliques dans un autre business et cela peut aller finalement très, très vite quoi, tu vois.

E : Donc, le focus c’est la grosse…

Y : Oui.

E : … C’est le gros boulot que tu as du faire ?

Y : Complètement.

E : Bon, eh bien, j’imagine que vous allez vous reconnaître, et moi je…

Y : Moi je suis déjà prêt (Rires).

E : Est-ce qu’aujourd’hui tu gagnes bien ta vie ? Est-ce que si tu avais continué les études et tu n’étais pas rentré dans le monde de l’entreprenariat. Tu aurais pris un job et tu n’as quand même pas eu l’occasion de connaître cela, mais si tu avais continué les études et pris un job est-ce que tu gagnerais plus ou moins, eh bien, mieux ou moins bien que tu as eu ?

Y : Maintenant moi, j’ai fait à la base après être sorti du bac, j’ai fait un BTS du dessein industriel, à la base mes parents ils voulaient que je travaille à Airbus parce que j’avais de la famille qui travaillait à Airbus et tout.

E : Oui.

Y : Et donc, j’aurais pu avoir le parcours idéal BTS, école d’ingénieur etc. Et après avoir fait un stage là-bas, je me suis aperçu que ce n’était pas fait pour moi, alors je voulais également entreprendre. Après, est-ce que comment dire… est-ce que, eh bien, je gagne bien ma vie ? Oui honnêtement, maintenant je gagne bien ma vie, le fait de dupliquer les business et même de dupliquer les produits quand j’ai commencé tu vois, Amazon Aubervilliers j’avais 1000 euros. Maintenant j’ai un cash fort. Voilà (Rires). Je n’ose pas le dire, tu vois voilà donc… j’ai plus de 400 références produit et tous les mois cela augmente, voilà.

E : Une fourchette peut-être pour que les gens y voient un peu…

Y : Eh bien, une fourchette voilà cela allait entre 50 et 70K voilà. C’est entre 50-70K après…c’est par an ? Non, par mois (Rires). Non, mais voilà l’idée c’est que …tu gagnes dix fois plus qu’un ingénieur ? Oui, complètement. Après l’idée c’est que je n’ai pas tout cela dans ma poche. Généralement, on garde 10K, pour la consommation personnelle, les charges, les coûts que je peux avoir le salaire etc. Et tout le rêve eh bien, je parle du principe que voilà je suis jeune on t’entoure et réinvestir directement, voilà. Donc, je réinvestis les ¾ en stock. Donc, là j’avais 400 références le mois dernier, maintenant j’en ai 437 et le mois prochains forcément je vais en avoir 470, le mois d’après 500. Et donc, forcément eh bien, si tu fais 54 maintenant eh bien, le mois prochain tu vas faire 55 le mois d’après 60 etc. Après, c’est mathématique c’est plus que tu as des références c’est comme un magasin physique plus tu as de produit dans un magasin physique plus tu vends et cela exactement la même chose.

E : Et donc, aujourd’hui tu as ces énormes eh bien, tu génères beaucoup de bénef, mais tu as généré de l’argent tout de suite. Comment cela s’est passé ton expérience entrepreneur ?

Y : Eh bien, moi j’ai la chance de ne pas faire que cela avant de faire AMAZON FBA eh bien, je faisais de l’affiliation Amazon par exemple et j’en fais actuellement toujours, je fais toujours l’affiliation Amazon, je fais encore Netlinking où j’ai un gros réseau de site etc. Donc, je n’avais besoin de tous les bénéfices d’Amazon FBA, tout ce que je faisais j’en avais pas forcément besoin. Donc moi, chaque mois je réinvestissais. Donc, j’ai parti avec 1000 euros, eh bien, je faisais hits de bénéfice que je réinvestissais en stock et pendant 6 mois j’ai fait cela non-stop, tu vois.

E : D’accord.

Y : Et du coup, forcément tu as de plus en plus de produit, donc, tu vends de plus en plus. Donc, finalement…

E : Et quand tu as démarré ton premier business par nombre sur eBay tu es arrivés à aller gagner de l’argent et…

Y : Eh bien, oui. Eh bien moins dans le… Moi je me revends encore à Aubervilliers par exemple. Les gens ils m’achetaient des costumes et c’est… je me souviens toujours c’était des costumes pour hommes que je vendais entre 45 et 55 euros sur eBay, et que j’achetais 15 à Auberville. Donc, les gens ils me payaient sur paypal, je virais l’argent sur mon compte bancaire. Et après moi, je prenais le métro j’habitais à Ice le Molino. Je prenais le métro jusqu’à bord de la chapelle, la ligne 12. Après, le bus pour aller jusqu’à Aubervilliers et je me revois avec 12-13 costumes 2-3 fois par semaines dans le métro.

E : D’accord, tu as toute suite fait des business qui est généré de l’argent, tu as fait aucun business entre guillemets pourri, compliqué ?

Y : Eh bien, après j’ai goûté la galère, j’ai gouté par exemple j’ai testé le marché. Tu vois, j’ai voulu tu es… quand tu tests la difficulté, tu apprécies les bonnes choses c’est voilà (Rires). C’est important de toucher les galères pour apprécier par exemple, là aujourd’hui quand je fais venir du stock, des fois on fait les étiquettes tu vois. On sait que c’est galère mais après tu apprécies quand ton prestataire tu vois. Le fait quoi, tu envoies.

E : Quand tu sous-traites ?

E : Non, non, mais dans tous les cas je n’ai pas dit que c’était compliqué, mais par exemple tu voyais dans l’entrepreneur la première Nicepaper. Les mecs qui se développent pour se faire une application, ils ne veulent pas un projet révolutionnaire. Ils ne font jamais de l’argent. Toi dès le départ, tu faisais de l’e-commerce, tu faisais de l’argent.

Y : Oui parce qu’eh bien, cela s’y prêtait à l’époque, il n’y avait pas forcément beaucoup de concurrent et ils n’étaient pas forcément sur internet. Après, est-ce que j’ai connu la galère ? Oui, à un moment donné, j’ai fait une école de cinéma. Mes parents à un moment donné ils n’ont plus le … En fait, j’ai fait un BTS, je leur ai dit : demain je vais faire du cinéma et donc ils m’ont coupé les vivres. Donc, j’avais un loyer à payer une école de cinéma à 4000 euros et le loyer il était à 1000 euros. Donc, ça fait 5000 euros plus la bouffe et tout. Cela va super vite. Donc, à un moment donné je te dis, je n’avais même pas un centime pour m’acheter du pain ou une boîte de conserve à 70 cm ou, tu vois.

Et quand tu touches le fond comme cela, tu te dis : plus jamais cela. Et donc, c’est là qu’où j’ai développé où je me suis dit : Eh bien, il faut que je fasse de l’oseille et pour moi voilà, où tu fais de l’oseille c’est quoi, c’est le commerce.

Donc, je suis allé à Aubervilliers et j’ai fait mes premiers micmac comme cela et j’ai vu et c’est surtout je me suis dit : plus jamais cela. Je ne me veux plus compter voilà. C’est réellement cela quoi, tu vois.

E : Ok, est-ce que tu es heureux aujourd’hui ?

Y : Oui, je suis heureux, je suis, non, mais voilà. Oui, je suis heureux… surtout heureux de ne plus compter et de pouvoir profiter de ma famille tu vois. Ce qui est super important c’est Ok, l’indépendance financière c’est important tu vois. Mais le fait de ne plus compter de… tu vois, j’ai une fille de 3 ans et mon objectif c’est à chaque vacance scolaire partir en vacance. Tu vois, cela c’est super important et j’ai la chance de pouvoir le faire à chaque fois tu vois. C’est à chaque fois que je veux partir à l’étranger eh bien, je sais que je peux le faire parce que financièrement ça va. Je sais qu’eh bien, temporellement parlant ça va, parce que je suis entrepreneur. Donc, je pars en vacance quand je veux et géographiquement ça va. Eh bien, voilà. Aussi, ça va, il n’y a pas de souci quoi.

Y : Coucou loulou (enfant murmure), voilà Lohanna (Rires).

E : Voilà, c’est cela l’entreprenariat sur le web. Eh bon, voilà c’est ça la vie d’un papa entrepreneur du web (Rires). Et donc, oui du coup heureux aujourd’hui à 33 ans quand tu fais le bilan aujourd’hui.

Y : Eh bien, je me dis que j’ai 33 ans donc, je suis encore jeune et que toute la vie devant moi et surtout je peux faire ce que je veux quand je veux, et c’est cool quoi.

E : Ce n’est plutôt pas mal cela les amis. (Rires). Ok, si aujourd’hui tu avais la chance de pouvoir prendre la voiture de Doc et Marty, et de retourner voir le Yannick d’il y a 10 ans qu’est-ce que tu lui dirais ?

Y : Apprends l’anglais mec (Rires). Non, mais vraiment apprends l’anglais et …

E : Eh bien je veux les garder ce truc, je te le donne et je te le garde.

Y : Non, mais apprend l’anglais et ne perd pas de temps, formes-toi. L’école ce n’est pas… honnêtement ce n’est pas la meilleure chose pour commencer dans la vie. C’est qu’on va dire je serai le premier à dire à ma fille : vas à l’école jusqu’au bac etc. Et tout mais finalement là où tu apprends vraiment les choses c’est sur le terrain. Donc, forme-toi auprès des gens qui sont sur le terrain et pas toi ce que l’on va dire mais une école de commerce. Moi, pour moi eh bien, ce qui enseigne à l’école de commerce eh bien, ce n’est pas forcément les meilleurs enseignants puisque les meilleurs enseignants c’est ceux qui sont sur le terrain, devant des vrais problématiques etc. C’est pour cela que je suis peut-être pour aussi, l’apprentissage les bacs pro, les choses comme cela, je suis pour parce qu’ils sont sur le terrain les gars, tu vois. Ils apprennent mieux quoi, tu vois.

E : Oui, donc, …

Y : Apprends l’anglais et formes-toi et même limite avec tes études, ce n’est pas forcément d’études de cinéma à claquer 4 000 euros à l’année machin et tout ça. Et commences à charbonner, quoi, tu vois tout simplement.

E : Ok, cool, est-ce que tu aurais un conseil, une ressource à partager avec les gens qui nous suivent ?

Y : Un conseil, une ressource. Moi, si j’ai un conseil à vous donner c’est vraiment de vous entourer vraiment des bonnes personnes. C’est le fait d’être avec une communauté d’entrepreneur tout cela. Eh bien, cela va vous permettre de vous élever vers le haut. Tu le vois, eh bien, dans le mastermind Amazon FBA tu vois, on est une communauté de gens qui passent à l’action. Mais c’est pareil pour tous, il y a d’autres communautés comme eux. Voilà, c’est CANAL 7 ou voilà, ou peut-importe. Ou cette communauté aussi quoi? (Rires). Voilà, Non, mais c’est le fait de passer d’être avec des personnes qui ont le même mindset tu vois, qui va faire que tu vas pouvoir évoluer tu vois. Si demain tu es avec des personnes qui sont que haut IRSA et que tu te lamentes ou que tu cherches que des aides et machin tout ça. Eh bien, forcément tu ne vas pas forcément avancer quoi.

E : Cela ne va pas aider, voilà. On est la moyenne des 10 amis, les amis, on vous l’a déjà sur cette chaîne, gardes-le, Yannick nous le confirme.

Y : Oui, complètement.

E : Une ressource, un blog, un livre, un truc qui t’a marqué ?

Y : Eh bien, un livre tout le monde va le dire la semaine des 4 heures de Tim Ferriss machin tout cela.

E : Cela c’était vraiment…

Y : Oui, eh bien, ce n’est pas que cela m’a marqué c’est que cela m’a confirmé qu’il fallait déjà automatiser le plus de choses possibles pour être performant. Pas forcément pour travailler que 4 heures ou dix heures par mois ou par semaines ou peu importe. Mais c’est vraiment cela m’a permis de prendre conscience où il fallait automatiser aux maximum, et le fait d’avoir des business qui sont automatisés eh bien, cela nous permet de passer du temps sur un autre business et tu le vois, je te l’ai montré, j’ai des business dans divers thématiques et c’est cool d’encaisser deux par trous parce que si un jours tu as une problématique sur un business ou un compte bloqué pour x ou réseau, eh bien, tu sais que cela rentre de tous les autres côtés.

E : On n’est pas tous allés dans le même panier ?

Y : Exactement.

E : Oui, eh bien, écoutes merci en tout cas de ces partages Yannick. Eh bien, j’ai une dernière question pour toi. Est-ce que tu veux faire partie de la bande des cinglés de Better Call Enzo ?

Y : Merci, avec plaisir.

E : C’est une opportunité en or que je t’offre-là.

Y : Oui.

E : Oui, merci, mon poteau. Les amis vous pouvez retrouver Yannick on va vous mettre le lien à mon avis de start-up e-commerce, peut-être c’est le meilleur lien youtube que l’on peut mettre. Qui est du coup le podcast que Yannick qu’Yannick développe avec Mathieu sur justement AMAZON FBA. On vous remet le lien juste en dessous on met peut-être également le lien de ton blog perso. Enfin ton blog ou ta landing page perso. Voilà, donc, pour aller voir tout cela, si vous voulez en savoir un petit peu plus sur Yannick, et puis dans tous les cas moi je vous dis : à plus tard les amis.

Y : A plus tard Thao.

E : Alors si tu as envie de faire exploser tes projets entrepreneuriaux en 2017, une seule solution pour toi, mon gars : « Abonnes-toi »

0 Comment 345 Views

Leave a Reply

télécharger le livre